Show Info

Turquoise Production - Lobster
11 bis Rue Dugas-Montbel
69002 Lyon

The Emidy Project

Nouvelle création de Tunde Jegede, the Emidy Project conte la vie extraordinaire d’un violoniste métis et virtuose du XVIII siècle, Joseph Antonio Emidy, qui fut esclave, avant de devenir chef d’orchestre et compositeur. Labellisée par l’UNESCO au sein du programme ‘route de l’esclave’ ce projet mobilise par son message humanitaire et universel. Premier compositeur de la […]

Details

Afrique & Amérique du Sud

The Emidy Project

Nouvelle création de Tunde Jegede, the Emidy Project conte la vie extraordinaire d’un violoniste métis et virtuose du XVIII siècle, Joseph Antonio Emidy, qui fut esclave, avant de devenir chef d’orchestre et compositeur.
Labellisée par l’UNESCO au sein du programme ‘route de l’esclave’ ce projet mobilise par son message humanitaire et universel.
Premier compositeur de la Diaspora africaine, il fut esclave au Brésil, violoniste virtuose à l’opéra de Lisbonne ainsi que fondateur des premières sociétés Philharmoniques Orchestrales (UK).


Né en Guinée en 1775, il fut capturé par des commerçants portugais, pour être expédié au Brésil, et travailler dans les plantations de café.
Remarqué très jeune pour son talent de violoniste, il fut alors vendu à la Cour Portugaise pour travailler à l’Opéra de Lisbonne avant d’être enlevé par les marins britanniques pendant les guerres Napoléoniennes. Au cours des années suivantes, il traversa le monde, employé sur le navire du célèbre Amiral de Nombril, le capitaine Pellow, avant d’être libéré à Falmouth en 1799.
Il s’installe alors dans les Cornouailles (Angleterre) et gagne sa vie comme violoniste et enseignant, et compose en parallèle musique de chambre, concertos et symphonies (malheureusement disparus).
Il deviendra directeur de l’Orchestre de Truro, capitale des Cornouailles et une des figures musicales les plus remarquables du début du XIX ème siècle. Père de cinq enfants, il meurt a Truro le 23 avril 1835 et constitue depuis un exemple pour les minorités et les jeunes générations désireuses d’émancipation et reconnaissance notamment à travers le programme «Hidden Routes» mis en place par Tunde Jegede à Cornwall.

Tunde Jegede — compositions, kora, violoncelle
Diana Baroni — chant, traverso
Rafael Guel Frias — vihuela, flûtes, percussions
Simon Drappier — arpeggione (guitare d’amour)
Shane “Ishimwa” Muhimanyi — danse
Sunara Begum — création vidéo
Raoul Titinsnaider — régisseur général